Monde : Noël, c’est de la bombe !

Par Michel Fily, le 22 décembre 2017

zapata.jpg

Tous les sujets sont bons à traiter, pour les Street Artistes, et les fêtes de fin d’année ne font pas exception à leur liberté de traitement, d’humour et de sens critique, même si la grande majorité partage l’esprit naïf et bon enfant de Noël.

calendrier.jpg

Depuis le début du mois de décembre, 24 artistes contemporains décorent les fenêtres du 18 rue Kuhn, dans la ville de Strasbourg, transformant cet immeuble en calendrier de l’Avent, avec à chacune de ses fenêtres une oeuvre d’art révélée chaque jour à 17h30, jusqu’à Noël. Parmi les artistes, il y a 9 graffeurs, 8 photographes et 7 illustrateurs et peintres. La plupart d’entre eux sont alsaciens et ils ont répondu à l’appel à projet via Facebook. En4ki (Nicolas Vautrin) a directement répondu présent : « Je crois qu’on s’est tous pris au jeu. Je trouve que c’est un super projet pour la ville ». Son panneau a pour sujet le renne, emblème de Noël.

25399081_330405007435517_1174207692113845131_n

Autre graffeur investi dans ce calendrier géant, ZENOY est héritier de la technique du « writing », née à Philadelphie à la fin des années 1960.  Outre le graffiti de rue, il se consacre depuis plus de 15 ans au graffiti sur toile et participe à de nombreuses expositions contemporaines. Son panneau porte sa signature d’artiste sur un fond graphique et très coloré.

thomas hoffman.jpg

C’est le « gingerbread man », le petit bonhomme en pain d’épice traditionnel de Noël qui a été choisi par l’artiste Thomas Hoffman, passionné de Street Art, de musique et de graphisme urbain éphémère. Il utilise des techniques déchirures d’images, de superpositions, entremêlements et d’ajouts de peinture ou à la bombe aérosol.

Amoor.jpg

Le graffeur Amoor, originaire de Strasbourg, a utilisé la bombe aérosol et le critérium pour le portrait d’un petit garçon inuit qui contemple ce qui pourrait être l’étoile du Berger… Le duo Seku Ouane et Spark qui milite pour le processus de démocratisation du graffiti comme une étape nécessaire à sa compréhension a naturellement adhéré au projet, qui « permet à la fois cette ouverture au et par le graffiti, mais aussi d’accompagner un événement qui a su faire rêver les enfants que nous avons été et les adultes que nous sommes ». Leur sujet : un père Noël « baba cool », dont le visage rappelle étrangement celui du merveilleux Vincent Lindon (mais ce n’est peut-être qu’un hasard).

seku ouane et spark

Parmi les autres graffeurs et artistes de ce magnifique projet : le graphiste Williann, le peintre et graffeur Pierre Reb, le graffeur Dinar, le Street Artiste Lenz, et bien d’autres à découvrir sur la page Facebook « Calendrier du Noël Off – Strasbourg« . Tous ont oeuvré bénévolement. À l’issue de leur exposition au public, leurs tableaux seront vendus et les bénéfices de cette vente seront distribués à l’association « Alsace Contre le Cancer » qui intervient au service d’oncologie pédiatrique au CHU de Strasbourg. Les 24 panneaux resteront visibles jusqu’au 6 janvier 2018. Un exemple à suivre.

jenny mccracken.jpg

De l’autre côté du globe, en Australie, la ville de Ballarat a elle aussi eu l’idée de présenter au public une exposition d’art urbain dans le cadre des célébrations de Noël, mais cette fois-ci sous la forme d’un « sentier d’art de rue » interactif, sur sol et sur murs.

danielle littlewood.jpg

Douze illusions d’optique 3D ont été disséminées à travers la ville, captivant l’imagination des passants et les encourageant à se prendre en photos devant et sur les oeuvres elles-mêmes. Les artistes Anton Pulvirenti et Rudy Kistler du groupe « Zest » sont les initiateurs à l’origine de ce projet très « fun », qui a recueilli l’adhésion de tous les publics et de tous les âges.

rudy kristler 2.jpg

Les emplacements incluent, entre autres, l’Hôtel de Ville de Ballarat, le centre commercial, la place centrale et l’Académie des Beaux-Arts. Parmi les autres artistes de l’équipe participante : Andi Mether, Danielle Littlewood, Jenny McCracken, Amelia Batchelor aka Mealie Bardo… Les oeuvres resteront visibles jusqu’en janvier 2018.

banksy.jpg

De nombreux artistes urbains ont « graffé » la fête de Noël, le grand Banksy en tête de liste, avec des oeuvres provocatrices, parmi lesquelles son « Christ » emblématique, portant des paquets cadeaux au bout de ses bras en croix. Et un Père Noël adultère en fuite…

DS.jpg

Autre provocateur, le graffeur londonien DS a peint le satirique portrait-robot du suspect « Clause Santa », interpellé pour « introduction par effraction ».

mondo lila X buenosaires.jpg

Mondo Lila l’a transformé en ivrogne, à Buenos Aires.

VINCENT ZARA.jpg

Vincent Zara en voleur, en Irlande.

michelin rodriguez.jpg

Michelin Rodriguez en sans-abri, à Caracas.

WD ISSA.jpg

Tout comme le Street Artiste grec WD.

Bordalo II.jpg

Parmi les autres nombreux graffeurs qui ont traité du thème de Noël dans leurs oeuvres : le Portugais Bordallo II, avec un paquet cadeau géant réalisé à partir d’une poubelle ;

GRAFFITI LIFE 2.jpg

Graffiti Life (UK), qui a transformé le Monsieur Jack de Tim Burton en Père Noël ;

Jim Vision.jpg

Le Londonien Jim Vision et son « Merry Fookin Shopping-mas »;

stra.jpg

Le Français Stra, qui a peint un Père Noël graffeur, en train de peindre en rouge le symbole de l’euro ;

oak oak saint etienne.jpg

Oak Oak, qui a réalisé à Saint-Étienne un sapin au sol, dont le tronc était un bidon métallique rouillé ;

KAS art.jpg

KAS art et son « inconsumerism » ;

cbloxx.jpg

SLAcSATu.jpg

Les méchants Pères Noël et bonhomme de neige de Cbloxx (UK), Mas (France), Slacsatu (Singapour) et Goner (Grèce) ;

Plastic Jesus.jpg

Et tout récemment, Plastic Jesus à Los Angeles et Remko van Schaik à Bordeaux.

Remko van Schaik bordeaux mériadeck shoppingmall.jpg

Enfin, pour ceux qui souhaitent profiter de ces fêtes pour découvrir ou redécouvrir le Street Art, les « Échappées de Noël » de Quimper proposent au public deux performances d’artistes graffiti :

37796_167_ECHAPPEES-DE-NOEL-1200x500px-2017-2.jpg

 – jeudi 28 décembre 2017, « Freestyle » par POLIO 77 (P77) et invités, avec le collectif « Trust In My Art« . Rendez-vous de 19h30 à 22h au « Cabaret urbain », Jardin de l’Évêché (Centre-ville). Plus d’infos : www.mpt-ea.org

14264060_1181268271944250_6450377719932102441_n.jpg

 – dimanche 31 décembre 2017, le graffeur HOZ s’exprimera au Parc des expositions, à partir de 19h. Plus d’infos : www.fest-noz-kalanna.bzh

15977266_10154971389764228_379433068611953208_n.jpg

Les autres artistes de « Trust In My Art » : Aches, Adked, Averi, Babs, Bonus, Breze, Hubert Carré, Fabien Chavonet, Comer, Le Cyklop, Curve, Dekoe Jones, Fast 156, Loïc Fenx, Henry Hang, Hank China, Héol Art, Christopher Henry, Hokr, Honet, Hoz, Inspea, Ioye, Jak Espi, Jazzu, JF-Ink, Jonone, Julien Raynaud, Keurly, Lady K, Lego Lenz, David Le Gouar, Yannick Michelet, Nazeem (WCA2), Otar, Pépé Berretto, Phoaick, POLIO 77, Pookky, Vincent Pompetti, Popay, RNST, Sabio, Shendo, Shire, Shuck, Skom, Barbara Smith, Spyd, Sram, Tarek, Stéphane Tesson et Zenoy.

13600080_1012803338839151_783240367278997729_n.jpg

Le graff en tête de cet article est celui de Zapata.

#streetarturbain  #urbanstreetart #streetart #graffiti #graff #vernissage #opening #expo #installation  #graff #creative #artoftheday #artistoftheday #urbanart #artwork #globastreetart #art #fanart #paint #acrylic #painting #spraypainting #stencilart #stencils #noel #christmas #perenoel #santa #santaclaus #holidays

 

Polynésie française : vidéo mapping, light painting ou le Street Art 2.0

Par Michel Fily, le 15 décembre 2017

1

Comme tous les modes d’expression artistique et peut-être plus qu’aucun autre, le graffiti n’a cessé d’évoluer et d’expérimenter de remarquables innovations, impliquant les nouvelles technologies, l’interdisciplinarité et les dispositifs interactifs.

2

Déjà, en 2015, la Fondation EDF présentait, à Paris, 400 m2 d’exposition de ces nouveaux usages, s’intéressant aux formes que pourrait prendre le Street Art de demain. Anamorphose (images déformées lisibles seulement depuis certains points de vue ou grâce à des miroirs), « scratching » (tags par retrait de matière), 3 D, «  vidéo mapping » (le graff prend vie grâce à la projection d’animations sur le mur), « light painting » (technique qui consiste à utiliser un temps d’exposition long en déplaçant des sources de lumière) , « water light graffiti » (un mur de leds sur lequel on peint avec de l’eau), « Quick Response Codes » (nouvelle génération de codes-barres qui, une fois scannés à l’aide d’un smartphone, donnent accès à des contenus en ligne), jeux vidéos…

3

L’exhibition « #Streetart, l’innovation au coeur d’un mouvement »  mettait à l’honneur ces nouvelles pratiques, avec les graffeurs Ron English, Shepard Fairey, JR, Zevs, Mark Jenkins, Vhils et Isaac Cordal, ou encore Slinkachu, Sweza, Rezine, Patrick Suchet et Antonin Fourneau, réinventeurs de leur discipline artistique. Tous utilisent, en plus de leurs bombes, pochoirs et pinceaux, des stylets et caméras numériques, des vidéos projecteurs, traceurs et QR codes, pour créer des œuvres hybrides qui s’exposent dans le paysage urbain comme sur les smartphones, ordinateurs et autres tablettes.

4

La 4ème édition du Festival de graffiti Ono’u Tahiti, en Polynésie française, a mis à l’honneur en octobre 2017 un certain nombre de ces artistes urbains novateurs dans leur discipline, à commencer par le collectif Blast Art, regroupant les trois artistes lyonnais Romain Lardanchet, Mrzl et Kalouf. Ils ont réalisé pour le festival un Graffiti « augmenté », intitulé « L’endormi ». Ce gigantesque caméléon a littéralement pris vie une fois la nuit tombée, changeant de couleurs, dévisageant le public de gauche à droite, se muant en squelette comme sous l’effet de rayons X ou encore développant une nuée d’oiseaux…

5

Tout cela grâce au mapping vidéo, une technologie multimédia permettant de projeter de la lumière ou des vidéos sur des volumes, de recréer des images de grande taille sur des structures en relief, tels des monuments, ou de recréer des univers à 360°. Les artistes ont eu l’idée d’appliquer cette technologie novatrice utilisée depuis plusieurs années lors de la Fête des Lumières à Lyon, pour un résultat sensationnel. Le musée du Street Art de Tahiti a également accueilli une création de graffiti augmenté en vidéo mapping. Elle a été réalisée par Mrzl et Marko93, pendant le dernier festival ONO’U. L’artiste français Marko93, originaire de Saint-Denis (93), est l’un des précurseurs de la fluorescence et du light painting dans l’histoire du graffiti. Il avait créé une fresque de tigre, éclairée à la lumière noire, pour l’inauguration du musée.

6

Architecte de formation vivant à Lyon, Julien Menzel aka Mrzl crée des installations lumineuses et interactives qui captivent le public. Il s’exprime avec une grande sensibilité aux formes, aux matériaux et à leur qualité plastique. En 2016, il a créé en collaboration avec Kalouf une superbe installation au musée du Street Art de Tahiti, en choisissant comme thème la pieuvre et le voyage, pour faire écho à leur découverte de Raiatea et à l’histoire du Triangle polynésien. Un graff sculpté en trois dimensions, sur lequel ont été projetées des images vidéo.

7

Le Mur « Illusion Cube Tahiti » est une fresque 3 D peinte par l’artiste français Astro sur la façade plate d’un immeuble de Papeete qui s’est métamorphosé en quelques jours de festival. Privilégiant le Lettrage et le Wildstyle à ses débuts, ce Street Artiste autodidacte et passionné a progressivement amené sa technique vers un art abstrait qui mêle calligraphie et formes dynamiques. En s’inspirant d’artistes tels que Hartung, Vasarely  ou Mucha, Astro a su créer son propre univers en exploitant notamment la subtilité des ombres et des lumières, la force des couleurs et la perspective des profondeurs, pour créer une illusion parfaite d’objets tridimensionnels.

8

Une autre œuvre remarquable parmi les nombreuses fresques de l’édition 2017 d’Ono’u est celle du graffeur espagnol Okuda, qui a peint une gigantesque Tahitienne abstraite, dont le corps est recouvert de formes géométriques multicolores. Cette femme architecturale tenant un fruit lui a été inspirée par un tableau du peintre français Paul Gauguin, qui a vécu et peint sur l’ile à la fin du 19e siècle.

9

Les autres artistes invités du festival étaient Abuze (prix du meilleur graffeur polynésien en 2014), Cranio (Brésil), Felipe Pantone (Argentine), FinDAC (Irlande), Fitan Magee (Australie), Inkie (UK), Lady Diva et Phat1 (Nouvelle-Zélande), Heiarii Matu dit Rival (Polynésie), Sofles (Australie), Soten (Danemark)…

10

Pour vous inscrire et participer au prochain festival Ono’u :

  1. Surveillez les dates d’inscription qui devraient être en juin juillet 2018
  2. Téléchargez et complétez selon les instructions le règlement du concours sur le site http://tahitifestivalgraffiti.com.
  3. Une fois votre dossier complet constitué, retournez-le à l’adresse suivante en indiquant dans l’objet de votre mail votre nom d’artiste: tahitifestivalonou@gmail.com

#streetarturbain #urbanstreetart #streetart #graffiti #graff #urbanart #onou #videomapping #lightpainting #anamorphose #waterlightgraffiti #polynesie #tahiti

Monde : Star Wars inspire les Street Artistes

Par Michel Fily, le 8 décembre 2017

A.jpg

L’attente est terminée. Le dernier opus de la saga Star Wars, « Les Derniers Jedi » sera dans toutes les salles d’ici quelques jours, le 13 décembre 2017. Une sortie internationale particulièrement chargée en émotion pour l’équipe du film et pour les fans du monde entier, un an après la disparition de Carrie Fisher, interprète de l’inoubliable Princesse Leia Organa d’Alderaan (de son vrai nom Leia Skywalker), qui sera Générale une dernière fois à l’écran dans ce chapitre tant attendu. L’actrice, romancière et scénariste américaine, fille de l’actrice Debbie Reynolds et du chanteur Eddie Fisher, est décédée brusquement en décembre 2016. De nombreux hommages ont été rendus par le monde du cinéma, des arts et de la culture, à la « Princesse de l’Espoir » (« Princess of Hope »), appelée ainsi par ses fans à cause de sa célèbre réplique, lorsqu’elle appelait à l’aide Obi-Wan Kenobi sur un hologramme : « Vous êtes mon seul espoir« .

1.jpg

Les artistes urbains ont rendu eux aussi de nombreux hommages à la Princesse disparue. Le graffeur britannique Stephen Quick a peint un célèbre portrait d’elle à Bristol (UK), dans sa robe blanche du premier épisode de la saga, le visage grave, légendé du mot « HOPE » (espoir). L’Américain Michael Mahaffey (aka MrMahaffey) a privilégié son côté rebelle, avec plusieurs magnifiques graffs au pochoir, dont ceux légendés « LA TERRORISTA INTERGALACTICA » et, plus récemment, l’hommage « LA GENERAL ETERNA« . De nombreux autres Street Artistes ont peint la Princesse Leia, avec toutes sortes de techniques :

steve cross.jpg

Steve Cross à Melbourne (Australie)

akse.jpg

Akse P19 à Manchester (UK)

space Invader.jpg

Space Invaders à Paris (France)

John Bulley and Mark Sharp.jpg

John Bulley à  Southend on Sea  (Essex)

princess-leia.jpg

Plusieurs Street Artistes locaux au Lake Worth Street Painting Festival (Floride)

vodka rocky rocks.jpg

Vodka et Rocky Rocks à Brighton

leia-street-art-7c-644x483.jpg

EBEE à Twickenham

ob_dac1b5_graff-star-wars-graffiti-la-guerre-de.jpg

STER (France)…

street-art-Han-Solo-Cortlandt-Alley-81213.jpg

Parmi les autres personnages et éléments de Star Wars qui ont inspiré les Street Artistes, Han Solo (Harrison Ford) et le Wookiee Chewbacca, le jeune Luke Skywalker (Mark Hamill), Maitre Yoda, les robots R2D2 et BB8, les méchants dont Kylo Ren et Darth Vador et les vaisseaux spatiaux ont été graffés par :

AROE.jpg

AROE

BANKSY.jpg

Banksy

Richard Brasil and Eddie Rivera.jpg

Richard Brasil

c215.jpg

C215

by chilango crew.jpg

Chilango Crew

kylo ren by Gnasher in norwich.jpg

Gnasher

KOBRA.jpg

Kobra

richard brasil eddie riviera bradenton

Eddy Rivera

c057d980a270902f55cf7805c82832d6.jpg

Simplesime

SKIL.jpg

SKIL

SMUGONE.jpg

Smug One

by thiago valdi.jpg

Thiago Valdi

au centre-ville de Vancouver collage de Wrk (less).jpg

Wrk (less) et de nombreux artistes anonymes.

93ba6c299f04f710c35672b0f157402a_XL.jpg

Aucun graffeur n’a encore réalisé de portrait de la nouvelle héroïne de la saga, Rey (interprétée par Daisy Ridley), ni de la petite créature qui fait craquer tous les fans, le Porg. Peut-être cet article engendrera-t-il quelques vocations…

#streetarturbain #urbanstreetart #streetart #graffiti #vernissage #opening #expo #installation  #graff #creative #artoftheday #artistoftheday #urbanart #artwork #globastreetart #art #fanart #paint #acrylic #painting #spraypainting #stencilart #stencils #starwars #princessleia #carriefisher #hansolo #chewbacca #wookiee #laguerredesetoiles #lesderniersjedi #thelastjedi #lukeskywalker #yoda #r2d2 #bb8 #kyloren #markhamill #harrisonford #daisyridley #porg #banksy #aroe #richardbrasil #c215 #chilangocrew #gnasher #jefflafferty #kobra #mrmahaffey #eddyrivera #simplesime #skil #smugone #thiagovaldi #wrk #stevecross #aksep19 #spaceinvader #johnbulley #marksharp #lakeworthstreetpaintingfestival #rockyrocks #ebee #ster #stephenquick