Vincent Bruno, graffeur militant, repeuple Paris de ses petits oiseaux

Par Michel Fily, le 9 mai 2018

4

En septembre 2017, le Centre ornithologique d’Île-de-France (le CORIF) et la Ligue de protection des oiseaux (la LPO) publiaient les résultats d’une étude longue de 13 années sur l’observation des moineaux de la capitale. Et le constat était alarmant : ces petits oiseaux, si emblématiques de la ville de Paris, étaient officiellement déclarés « en voie de disparition ». En effet, depuis 2003, plus de 73 % des moineaux qui nichaient intramuros ont disparu. Et cette triste constatation est la même dans les autres grandes villes d’Europe de l’Ouest. En cause, la disparition des petits insectes en ville, l’absence grandissante d’espaces verts et d’espaces de nidification, les pesticides et la pollution. Quelques rares Parisiens ont commencé de réagir en installant des nichoirs dans leurs quartiers, mais la prise de conscience est lente.  

31945132_10157931656429852_8507914383232335872_n.jpg

Le graffeur Vincent Bruno est né à Paris. C’est un artiste engagé. Choqué par les articles de presse qui ont dévoilé cette désertion des « titis parisiens », il a décidé de faire quelque chose, avec ses propres outils artistiques, pour alerter les gens et réveiller leur conscience. Son projet s’appelle « Moanos ». Il nous le raconte.

Bonjour Vincent Bruno, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Vincent, j’ai 37 ans, je suis parisien, j’ai toujours vécu à Paris même si j’ai beaucoup voyagé, j’ai une carrière assez longue sans avoir fait d’école d’art. J’ai gravi les étapes de cette carrière une à une, en commençant par vendre mes dessins dans la rue, puis un peu en galerie d’art. Puis, après un petit passage en peinture déco, avec l’apprentissage du Light Painting et enfin l’apprentissage du tatouage que je pratique depuis huit ans. Au début, quand j’étais plus jeune, j’ai commencé par taguer juste mon nom. Puis je me suis rendu compte que ça ne me correspondait plus, que je trouvais ça enfantin et un peu trop « ego trip ». Alors, j’ai commencé à peindre et à accrocher des peintures dans la rue, mais cette fois-ci sans aucun lien entre elles, juste pour le plaisir de peindre. J’ai toujours apprécié l’activité de rue.

3.jpg

Quel a été le déclencheur du projet Moano ?

L’hiver dernier j’étais en Thaïlande avec ma femme et je suis tombé sur un article du Parisien qui expliquait que Paris a perdu les trois quarts de ses moineaux. J’ai été très choqué et ça m’a fait réagir parce que c’est quelque chose qui touche à mon enfance. Je me rappelle les avoir nourris dans les parcs et avoir beaucoup joué avec, comme tous les petits garçons, je pense. Et c’est vrai que, même si on ne s’en rend pas forcément compte par nous-mêmes, ils ont disparu. Nous, les Parisiens, on n’a pas tellement de contact avec la nature et on ne réalise pas forcément dans notre vie courante à quel point l’impact de la pollution est grave dans la ville. C’est pour faire réagir les gens à leur tour que j’ai décidé de créer et de mettre en oeuvre ce projet.

2.jpg

 Comment l’as-tu présenté à ton public ?

Je ne suis pas spécialement fan des réseaux sociaux, mais ils peuvent s’avérer très utiles, quand on les utilise comme un atelier ouvert. J’ai beaucoup d’amis qui me suivent depuis très longtemps et dont j’écoute les conseils. Je leur fais confiance pour mes orientations. Ça m’a permis d’avoir un retour en direct et à chaque étape de l’élaboration du projet, j’ai consulté mes amis mes proches et mon public. En décembre 2017, j’ai organisé une exposition des croquis préparatoires  lors de portes ouvertes à Montreuil. Puis, sur les réseaux sociaux, j’ai demandé des conseils et des idées avant la production en série, en proposant plusieurs dessins. Parce que,  entre l’idée de départ et la réalisation, il y a eu plusieurs changements, surtout sur la question de la reproduction. Au départ, l’idée était de faire des moineaux très simples, au pochoir, dans la rue. Mais les moineaux simples, ce n’est pas ce qu’il y a de plus marrant, alors j’ai décidé de les représenter dans un univers beaucoup plus Geek, de superhéros, dans une thématique de résistance et d’héroïsme.

30725430_240779913148300_8726672246032039936_n.jpg

Quelles ont été ses étapes successives d’élaboration de ton projet ?

J’ai donc mis les premiers croquis sur Internet juste pour voir les réactions et voir si ça allait toucher les gens. Dès le départ, j’ai eu un très bon retour et ça m’a motivé pour lancer une première série d’une cinquantaine de mes Moanos. J’ai eu à nouveau de très bons retours des gens. Et à ce moment-là, la question qui s’est posée c’est « Est-ce que je fais des originaux ou un procédé reproductible ? », à savoir, soit du pochoir, soit de l’impression. C’est une question très compliquée, parce qu’elle interroge sur les notions d’art de rue, d’originalité. Là encore, j’ai posé la question sur les réseaux sociaux.  J’ai eu beaucoup de retours, une centaine de commentaires en plus des gens qui m’en parlaient en direct et au final, j’ai opté pour l’impression.

5.jpg

C’est un projet participatif, avec ton public et aussi avec tes proches. C’est important pour toi ?

Bien sûr. Pour commencer, la première personne avec qui je colle c’est la petite fille de ma compagne. Elle a dix ans. Elle est ravie d’aller coller les Moanos avec moi. C’est une activité simple et c’est l’occasion d’aller faire des grandes ballades ensemble. Cela me rend très heureux de faire ça avec elle. La question globale de la collaboration avec les gens est sans cesse en réflexion. J’hésite à « lâcher » sur Internet tous les plans de tous les Moanos, en noir et blanc, pour que les gens puissent les imprimer, les colorier, les peindre et les accrocher dans leurs quartiers. Mais ça représente beaucoup de travail « offert » et qu’il n’y aurait pas de possible retour en arrière, alors je me pose encore la question à l’heure actuelle. Ce qui est sûr, c’est que la participation des gens va se faire sur des jeux à venir autour des Moanos, dans les prochains mois, sûrement dans un quartier où auront été collés beaucoup de Moanos. En définissant un périmètre et en disant aux gens que parmi tous les Moanos il y en a un qui n’a pas été pris en photo, en leur demandant de le retrouver. J’offrirais une petite série de Moanos à la personne qui l’aura trouvé en premier et qui m’enverra sa photo.

1.jpg

Comment réagit ton public jusqu’à présent ?

Les réactions sont plutôt bonnes, mais j’en attends encore sur les réseaux sociaux, d’inconnus, de gens qui tomberont par hasard, dans la rue, sur mes Moanos. Pour l’instant, j’ai surtout des réactions de la part de gens qui me connaissent et de personnes qui suivent le projet depuis le début sur Internet. Mais je ne me pose pas encore trop la question du public.  Je pose mes Moanos, ça me plait de les poser, je prends beaucoup de plaisir à les voir dans mon quartier et dans les lieux où je traine. J’espère que ça sera pareil pour les gens.

6.jpg

Qu’est-ce que tu aimerais susciter chez les Parisiens avec ce projet ?

Déjà, une réelle prise de conscience du fait qu’il n’y a plus de vrais moineaux dans Paris. C’est l’objectif principal. Ensuite, qu’ils se posent la question du « Pourquoi ? ». De l’appauvrissement en oxygène de notre air, de l’appauvrissement en espaces verts et en « logements » pour ces petits oiseaux et de la stérilisation de la terre urbaine, dans laquelle il n’y a plus de vers, plus d’insectes, plus de nourriture pour eux. Et, peut-être, d’arriver à faire réfléchir les gens sur l’écologie urbaine, sur comment on peut être écolo « intramuros », dans la ville.

8.jpg

Bon nombre de tes collages sont décollés et collectionnés par tes fans. Qu’en penses-tu ?

Je trouve ça plutôt flatteur. Ça veut dire que les gens apprécient l’oeuvre. Même si ça peut avoir tendance à énerver les premiers temps, je préfère toujours voir mes dessins arrachés et dans un appartement, que de les voir détruits par le temps ou par les municipalités qui les retirent et les mettent à la poubelle. Donc, cela ne me pose pas de problème que mes Moanos soient décollés par les gens. Mais  je suis en train de réfléchir à mettre un tampon au dos de chaque graff, pour dire : « Si vous avez arraché un Moano, prenez-en soin svp ».

9.jpg

 

Est-ce que c’est plus facile ou plus difficile d’être graffeur à Paris ?

Ce n’est pas facile de répondre à cette question parce que je n’ai pas de point de comparaison, ayant toujours vécu à Paris. Mais je pense que ça doit être plus facile en province, parce qu’il y a plus d’espaces, moins de police, plus de terrains vagues… C’est vrai que si on cherche à être vu, il n’y a rien de mieux que la capitale, où il y a un flux quotidien important de public pour voir les oeuvres. Après, c’est vrai que l’activité de graff parisienne est très risquée, parce qu’il y a beaucoup de policiers et que la Mairie veille à repeindre les murs très régulièrement, même s’il y a des lieux spécifiques où l’on peut peindre, avec beaucoup de Street Artistes en activité et beaucoup de photographes qui passent. Et ça, c’est plutôt bien. Enfin, je pense que c’est peut-être aussi plus facile à Paris en termes de communauté : plus facile de rencontrer des « collègues » graffeurs, d’acheter du matériel, etc.

30656466_239095216650103_1259180988374712320_n.jpg

Qu’est-ce que tu penses de l’évolution du Street-Art aujourd’hui ?

Je ne suis pas un grand fan de cette évolution. Au début, nous étions juste des « tagueurs ». Moi, quand j’ai débuté, ce n’était pas une époque très heureuse de ma vie, j’étais rageur. C’était une revendication. Cette notion de revendication a malheureusement commencé à disparaitre au début des années 2000, pour être remplacée par une forme d’auto-promotion d’artistes qui sont « sortis » des galeries d’art, pour aller draguer le public dans la rue. Ce n’est pas ma démarche, même si je suis pour la diversité culturelle et même si c’est toujours bien que les rues soient colorées. Mais je trouve c’est un peu dommage que le Street Art, dans sa version actuelle, a pris toute la place dans les médias, par rapport au tag simple, qui est peut-être moins « beau », mais a plus de choses à dire.

30726174_240561479836810_7317136762000637952_n.jpg

Quels sont tes autres activités artistiques du moment et tes futurs projets ?

En ce moment, je fais beaucoup de tatouages. C’est mon activité principale. Je suis passé du papier, aux trains, aux murs, à la peau humaine. La peau est le plus beau des supports pour mes pièces et je suis très content que les gens les portent sur leurs corps. Le projet des Moanos est à son début, j’en ai toujours sur moi et c’est un plaisir de les coller partout dans Paris. Après cette première étape de collage, je pense que je vais peindre des fresques sur cette thématique, avec de nouveaux moineaux-super-héros et peut-être du texte explicatif à côté. Une autre évolution à laquelle je pense sera de passer de la 2D au volume, en fabriquant des Moanos « en dur », pour les poser sur des rebords des murs, sur des branches d’arbres… Je n’attends pas spécialement de retour ni de rétribution à mon travail. Je pense que si un jour j’expose dans le cadre de ce projet, ce sera dans un but caritatif, pour la cause animale et écologique. Je continue aussi intensivement le Light Painting, avec mon équipe, le « Light Club », en parallèle. Mais le projet Moanos occupe la majeure partie de ma création, de ma réflexion et de mon temps.

30726179_241076926451932_3548052996958978048_n.jpg

Un projet résistant, engagé, remarquable, à l’image de l’essence de ce qu’est le Street Art et que je vous engage à chercher, à adopter et à partager.

#streetarturbain #urbanstreetart #streetart #graffiti #expo #installation #graff #creative #artoftheday #artistoftheday #urbanart #artwork #globastreetart #art #fanart #paint #acrylic #painting #spraypainting #stencilart #stencils #stenciling #art #supersmoanos #moanos #paris #vincentbruno #artwork #artlover #painting #painting #drawing #drawingart #drawingstyle  #grafittiporn #grafittiart #inthestreets

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s