Alebrijes : SUNE NESU présente ses animaux fantastiques à l’Europe

1.jpg

Par Michel Fily, le 25 septembre  2018

 Artiste plasticien et muraliste renommé au Mexique, SUNE NESU a peint et exposé en Californie, à San Diego, à Chicago, au Tijuana, dans le Missouri… Il était, en 2017, l’invité d’honneur du Festival de Street Art et de poésie Bakalarte. Urban Street Art Urbain l’accueillait en septembre, pour sa tournée européenne, et lui a permis de peindre ses premières fresques en France, en partenariat avec SITIO par Superposition Lyon et Street Art City. Le style graphique de SUNE NESU est typique de la culture picturale mexicaine, très coloré, riche en détails et proche de l’art naïf.  Rencontre avec un ardent défenseur de la culture et des valeurs sud-américaines.

 2.jpg

Depuis combien de temps peins-tu?

J’ai commencé la peinture par le graffiti, très jeune, vers l’âge de 15 ans. J’ai suivi des études d’arts plastiques à l’INBA (Instituto Nacional de Bellas Artes) à Mexico. À 19 ans, j’ai commencé à peindre des murales (c’est le nom que l’on donne aux œuvres de Street Art au Mexique et en Amérique du Sud en général), et je n’ai jamais arrêté depuis (rires).

3.jpg

Tes sujets animaliers sont des Alebrijes. Ton tout premier mur en France était un Quetzalcoatl. Peux-tu expliquer aux lecteurs de quoi il s’agit ?

Les Alebrijes sont des statues en bois représentant des créatures animales fantastiques, généralement constituées d’éléments hybrides et imaginaires. Ce sont des objets d’artisanat de mon pays. Ils furent inventés par l’artisan Pedro Linares Lopez en 1936. Je m’inspire de ces objets typiques de ma culture traditionnelle en créant mes propres Alebrijes sur mes murs. Quetzalcoatl est le nom donné, au Mexique, à l’une des principales divinités de l’antiquité amérindienne, le serpent à plumes. Les Aztèques, les Mayas, les Mixtèques et les Toltèques le vénéraient. Il est l’un des quatre dieux créateurs de l’homme. Pour ma première fresque murale, à Lyon, j’ai voulu peindre une combinaison du Quetzalcoatl et d’un Alebrije, parce que j’ai à cœur de toujours laisser une trace de ma culture mexicaine dans les pays où je peins. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi ces deux sujets.

 4.jpg

Quels sont les festivals où tu as déjà peint dans le monde?

J’ai peint lors de nombreux festivals urbains au Mexique, j’ai participé à plusieurs Meetings of Styles (MOS) aux États unis et au festival de Street Art de Saint Louis. C’est ma toute première venue en Europe. Dans mon pays, le Street Art est florissant et de grande qualité artistique, mais nous avons beaucoup de mal à sortir de nos frontières et à atteindre l’Occident.

 5.jpg

Est-ce important pour toi de défendre ta culture ancestrale?

C’est essentiel. J’essaie transmettre mon identité à travers mes peintures murales et ces thèmes ancestraux en sont la base, comme pour la majorité des Street Artistes au Mexique et en Amérique du Sud.

 6.jpg

Y a-t-il, selon toi, des différences importantes entre le Street Art au Mexique et le Street Art européen?

 Les styles sont différents, mais ce n’est pas la seule distinction. Au Mexique, la peinture murale existe depuis plus d’un siècle ! L’artiste peintre Diego Rivera (1886-1957), compagnon de Frida Kahlo, est mondialement connu pour ses murales. Cet héritage a engendré une plus grande tolérance envers les Street Artistes de la part des autorités et des villes. Chacun a le droit de peindre la façade de sa maison comme il le souhaite. C’est la raison pour laquelle le Street Art est si développé et de très grande qualité au Mexique. En Europe, les choses sont très différentes…

 7.jpg

C’est la première fois que tu viens en France, comment as-tu vécu cette expérience?

Si je devais la résumer en un mot, je dirais « surprenante ». Parce qu’ici le Street Art n’est pas encore complètement accepté, cela a été très encourageant pour moi de constater que les gens ont aimé mes oeuvres. Pouvoir peindre en France et en Belgique a été l’une des meilleures expériences que j’ai eues dans ma vie. Et en plus d’avoir pu exposer mon art dans ces pays, je m’y suis fait de très bons amis. C’est quelque chose qui est très important pour moi, l’amitié.

8.jpg

Comment le public a-t-il réagi à tes murs?

Voir les expressions des gens, leur intérêt et leurs sourires en voyant mes murs m’a rendu très heureux. Le public venu aux vernissages, mais aussi les passants de tous âges ont beaucoup aimé et commenté mes fresques. Les jeunes et les enfants étaient particulièrement touchés par les couleurs vives et le thème animalier. Les adultes ont aussi beaucoup apprécié mon style naïf et géométrique, ainsi que les signes culturels très marqués dans mon art.

 9.jpg

Parle-nous des lieux qui t’ont reçu…

Je ne sais pas dire assez de bien de toutes les personnes qui ont participé à mon passage en France et en Belgique. À Lyon, j’ai été accueilli par Urban Street Art Urbain, qui m’a mis en lien avec SITIO par Superposition et Street Art City. J’ai été merveilleusement reçu par le restaurant le Sampa (22 Rue d’Enghien, 69002 Lyon) où j’ai peint ma première fresque, mon Quetzalcoatl (encore visible aujourd’hui), et exposé plusieurs toiles. Puis j’ai été reçu en résidence artistique à Street Art City par Sylvie et Gil Inesta et toute leur formidable équipe. J’y ai peint un léopard ailé sur un mur extérieur de dix mètres de long et j’y ai rencontré beaucoup d’autres artistes venus du monde entier… Puis je me suis rendu en Belgique, à Anvers, ou j’ai été reçu par Tim Marschang de Street Art Antwerp. J’y ai peint une grande fresque de « rhino-tapir »  (Kollebloemstraat 23, 2170 Antwerpen).

10.jpeg 

Et maintenant, où vas-tu peindre et quels sont tes futurs projets?

Je serais en novembre-décembre dans le New Jersey puis à Miami. Je devais me rendre en Hollande, à Rotterdam, lors de ma venue en Europe, mais je n’ai pas pu le faire par manque de temps. Je prévois donc d’y peindre prochainement. Peut-être irais-je aussi au MOS Brazil à Rio… Dans tous les cas, je souhaite avoir l’opportunité de revenir très vite en France et en Europe pour faire connaitre mon art et défendre la culture mexicaine.

https://www.facebook.com/sunesin

http://globalstreetart.com/sune-nesu

https://www.instagram.com/sunenesu/

11.jpg

#streetarturbain #urbanstreetart #streetart #graffiti #expo #installation #graff #creative#artoftheday #artistoftheday #urbanart #artwork #globastreetart #art #fanart #paint #acrylic#painting #spraypainting #stencilart #stencils #stenciling #art  #mexico #sunenesu #streetartmexico #streetartetmusique #artwork #artlover #painting #painting #drawing #drawingart#drawingstyle  #grafittiporn #grafittiart #inthestreets

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s